Actualités,  La minute verte

Café crème ou café crime ?

Le marc de café : pour lire l’avenir mais pas que !
Vous connaissez (peut-être sans le savoir) la caféomancie, autrement dit l’art de lire l’avenir au travers du marc de café.  C’est l’une des valorisations (la plus loufoque je vous l’accorde) que nos ancêtres ont trouvées pour ce déchet déjà utilisé de mille façons : dans la terre de votre jardin, pour les plantes, les cheveux, les champignons, le bois, la peau, les canalisations, contre les insectes, etc. Eh bien désormais, le marc de café se révèle aussi être un excellent support pour cultiver de savoureux et croquants champignons.

Crédit photo : Pexels Ludwig-Kwan / Caio / Ivan-Quijano

Marchera ? Marchera pas ?
Ne vous emballez toutefois pas trop vite. Faire pousser ses champignons soi-même, quoi qu’on en dise, ce n’est pas si simple. Tout est question d’alchimie et de rencontre (On se croirait dans un roman d’amour, non ?). Il faut avant tout savoir que le champignon pousse à partir des spores d’un autre champignon mais que ce n’est pas la seule condition à sa reproduction. Si l’environnement n’est pas favorable à la germination de la spore libérée, celle-ci ne trouvera pas son utilité. Mieux vaut être bien au courant des conditions de température, de luminosité ou encore d’humidité à respecter. Si l’environnement est favorable, la spore dépose un filament de mycélium (l’équivalent à la racine du champignon), et celui-ci sera soit mâle soit femelle. Pour que la reproduction ait lieu, un filament mâle doit rencontrer un filament femelle et alors le champignon naîtra. Ça vous rappelle quelque chose ? Si vos champignons refusent toujours de pointer le bout de leur chapeau, rassurez-vous : si les conditions sont favorables, la nature fera le reste. Et si malgré tout votre amour, votre optimisme et vos prières, ça ne marche pas, vous pourrez toujours aller acheter vos champignons chez le commerçant du coin.

Laissons agir les vrais pros
Vous l’avez compris, le champignon est capricieux. C’est pourquoi, personnellement, je préfère laisser agir les jeunes entrepreneurs qui se sont lancés dans la culture des pleurotes sur marc de café recyclé. Les expériences, ces dernières années, se sont multipliées et l’idée est originale. Il faut dire qu’avec les sept millions de tonnes de marc de café produites dans le monde chaque année, ils ont de quoi alimenter bon nombre d’amateurs de sauce forestière.

Remplissons notre estomac et vidons nos poubelles
Le cercle est vertueux. En faisant pousser les champignons sur du marc de café qui aurait dû finir à la poubelle, on produit bio, local et économique. Généralement, le marc de café est collecté à vélo ; c’est bon pour l’empreinte écologique. Cerise sur le gâteau : la qualité est là. Presqu’aussi délicieux que si vous aviez vous-même rempli vos paniers en forêt, le plaisir de la balade en moins. Mais on ne peut pas tout avoir !

Une tradition revisitée
Finalement, nos jeunes entrepreneurs écoresponsables n’ont rien inventé ou si peu (mais on ne leur en veut pas). Les fameux « champignons de Paris » sont aussi nés sur une idée de recyclage des matières organiques. Les maraîchers franciliens les cultivaient dans des carrières autour de la capitale, en utilisant les crottins des milliers de chevaux qui servaient à livrer leurs légumes aux Halles, dans le cœur de Paris.

Maintenant, quand vous prendrez votre petit Ristretto le matin au café du coin, plus de scrupules (si vous en aviez) ! Les quelques grammes de marc de café de votre tasse pourront entamer leur deuxième vie. C’est chouette, non ?

Café crime, c’est le 8e titre de la série « Une affaire pour la commissaire Bombardier ». L’ouvrage est en préparation pour une publication espérée en septembre 2023. Vous l’avez deviné, on causera café, marc de café, garçons de café…

Photo AFP 2019 Philippe LOPEZ

2 commentaires

  • Guichard

    Je me régale avec votre roman Le chemin de Crôa. Quel plaisir de retrouver dans le texte des noms connus! C’est une expérience jamais faite jusqu’à ce jour. On est vraiment intégralement  » baignée  » dans le roman; on fait les pas avec les personnages. Merci. Nanou ( native d’Orléans et habitant la région)

    • csecq

      Merci à vous, Nanou. Votre avis me réjouit et le fait que vous le publiez va peut-être me permettre de toucher d’autres personnes. Donc merci aussi pour ce partage. Passez de belles fêtes !

A votre tour d'écrire !