La minute verte

Les baies, méfiez-vous des plus jolies !

Qu’elles soient décoratives, à réserver aux oiseaux, ou comestibles, les baies foisonnent en hiver et je ne résiste pas au plaisir de photographier ces adorables boules de couleur. Méfiance ! « Tout ce qui brille n’est pas de l’or », comme dirait ma grand-mère. Vous pouvez les cueillir, mais utilisez-les à bon escient, sous peine de petits désagréments.

Elles sont rouges, noires, oranges, rondes, allongées , seules ou en grappes… Les baies sont, à elles seules, un spectacle magnifique pendant la saison froide. Nous avons tous en mémoire les boules rouges des houx ou les baies noires du lierre ; ce sont de vraies petites perles de nature. En fait, ces baies sont des réserves de graines.

Qu’elles se mangent ou non, elles sont toutes superbes en décoration. Par contre attention aux baies qui, lorsqu’elles tombent de leur branche, peuvent tâcher : les jolies baies noires du sureau ou celles bleu-violet de la vigne vierge par exemple m’ont souvent obligée à sortir l’éponge. Heureusement, cela part bien. Même pas besoin de savon la plupart du temps.

Pour réaliser de grands bouquets d’automne, coupez des branches portant des baies nombreuses, des graminées, des têtes d’hortensia, des branchages colorés….Ajoutez des coloquintes, un peu de mousse… Vous verrez, le rendu sera superbe.

Attention si vous accueillez des enfants chez vous. Toutes les baies fonctionnent en décoration, mais certaines sont toxiques. Evitez les boules rouges de houx ou d’aucuba, les fruits noirs du sureau, du laurier-tin ou du phytolaque (raisin d’Amérique), les baies oranges des arums ou du muguet.

Soyez partageurs ! Personnellement, je préfère laisser sur place les baies dont raffolent les oiseaux : les boules noires de lierre ou de vigne vierge, les fruits rouges ou oranges de pyracantha et de cotoneaster par exemple.

Enfin, pour les baies à manger, je privilégie les valeurs sûres. Pour les confitures ou le vin apéritif, je ne cueille que les plus connues : les prunelles violettes, les cenelles de l’aubépine, les cynorhodons des rosiers (poil à gratter). Mieux vaut respecter une attitude prudente comme pour les champignons.

A votre tour d'écrire !